RELIGIEUSE DE L'IMMACULEE CONCEPTION NOTRE HISTOIRE PAGE 1/2

Marie Eugénie Ducombs

Père Jean Louis Peydessus

Marie Eugénie Ducombs de Tournay, Elise Abadie de Tournay, Jeanne Marie Mandret d’Aureillan, Toutes les trois natives dans des villages des Hautes Pyrénées en France. Ces jeunes filles avaient entendu l’appel de Dieu  et voulaient  y répondre. Elles  avaient  pour guide spirituel Père Jean Louis Peydessus, un fervent missionnaire et fondateur des Missionnaires de l’immaculée Conception, auquel Monseigneur Laurence avait confié le soin d’un projet : une fondation d’une Congrégation. Le Père voyait en ce trois jeunes la possibilité pour la réalisation de ce projet. Marie Eugénie avait hâte de concrétiser l’appel  entendu, mais l’heure cependant n’était pas encore venue, les mois et les années se sont succédés et Marie Eugénie apprenait à vivre au milieu du monde sans être du monde. Elle  passera 20 ans auprès de son frère Rémi, curé de paroisse à Bernadets-Dessus, dans les Hautes-Pyrénées, où elle se dévouait pour la maison de son Seigneur et les soins des enfants, des pauvres et des malades. C’est en août 1863 que le Père Peysessus lui apprenait que l’heure était venue. C’est ainsi que le 15 Décembre 1863 au Sanctuaire de Notre Dame de Garaison les trois futures  religieuses faisaient  profession par vœux de pauvreté  chasteté et obéissance entre les mains de Monseigneur Laurence.  À Marie Eugénie, devenue Mère Marie de Jésus Crucifié, est confiée  de mener à bien la nouvelle fondation. Le soir même Le Père Peydessus conduisait les trois sœurs à Lannemezan  leur prêtant la maison dont il était propriétaire. Très vite des jeunes filles se joignent  à elles pour devenir religieuses agrandissant la petite communauté. Sans tarder  les sœurs se sont mis à l’œuvre créant un ouvroir pour les filles ainsi qu’une petite école.


« La petite Congrégation » comme aimait l’appeler Mère Marie de Jésus Crucifié grandissait, la maison devenait trop petite et les besoins de mission  ne manquaient pas. L’œuvre fondée par le Frère Jean à Galan pour les  pauvres et les vieillards abandonnés avait besoin d’aide. Sans hésiter un groupe de sœurs s’établissait à Galan pour se dévouer à cette mission.


À Lourdes, les  pèlerins commençaient à affluer.  Sur  ordre du nouvel Evêque, Monseigneur Pichenot, les sœurs s’installaient le 2 juillet 1870 à Lourdes où Mère Marie de Jésus Crucifié avait pu acheter une ferme. Devenant ainsi la Maison Mère appelée  « Le Petit Couvent  »(nom gardé jusqu’à ce jour) puisqu’elle devenait la propriété de la petite Congrégation. 


Lourdes permettait de donner à la Congrégation son orientation définitive, dans la finalité  à ses origines. Dans  l’atmosphère surnaturelle  de la Grotte, la spiritualité Eucharistique et Mariale de la Congrégation trouvait le climat favorable à son épanouissement. Ainsi que le nom des «  Sœurs de l’Immaculée Conception de Notre Dame de Lourdes «  reconnu officiellement lors d’une célébration à la Crypte par Monseigneur Pichenot......



CLIQUEZ SUR CE TEXTE POUR LIRE LA SUITE


Image du haut: La fuite en Egypte ( partie de retable), le village de Garaison, l'Immaculée Conception ( partie de retable)